août 2016


 

Archéologie : un travail de restauration minutieux 

Un travail de restauration est réalisé par le Centre de conservation du Québec en lien avec les découvertes archéologiques de l'ancien village des Tanneries.

150918_St-Remi_Pullman_St-Jacques_Archeologie_site_est_1326Web.jpg 

À l'été 2015, lors de la réalisation de travaux dans le cadre du projet Turcot, les archéologues ont localisé  deux sites d'intérêt de part et d'autre de la rue Saint-Rémi, près de la rue Saint-Jacques. Quatre ateliers d'artisans tanneurs datant du milieu et de la fin du 18e siècle, qui seraient partie intégrante de l'ancien village des Tanneries, y ont été découverts.

Depuis ces découvertes, des experts du Centre de conservation du Québec réalisent un travail de restauration. Voici un aperçu du travail réalisé.

— Un texte d'André Bergeron, restaurateur à l'atelier d'archéologie et d'ethnologie, Centre de conservation du Québec.

Dans la grande majorité des sites terrestres, les matériaux organiques vont se dégrader rapidement. Pour se préserver, ils ont besoin notamment de la présence de l'eau, qui va ralentir leur dégradation. Sur le site archéologique de Turcot, le contenu en eau du sol a permis la préservation de matériaux tels que le bois et le cuir. Contrairement aux objets en céramique ou en métal, la stabilisation des objets façonnés en matériaux organiques doit commencer sur le site même, lorsque l'archéologue les met au jour.

Dans un premier temps, les équipes ont donc concentré leurs efforts sur ce type d'objets, puisque les assécher rapidement aurait conduit à leur perte. Il importe donc de respecter la première grande règle de la conservation de terrain : garder sec ce qui est sec et humide ce qui est humide.

Conservation archéologique et intervention du restaurateur

Si l'archéologue peut poser les premiers gestes sur le site, un peu à la façon d'un secouriste, il n'est toutefois pas outillé pour la suite des opérations, qui va requérir l'expertise d'un restaurateur professionnel et des traitements qui peuvent s'étendre sur plusieurs années. De nombreuses étapes jalonnent ces traitements. En voici les grandes lignes :

Garantir l'intégrité physique des objets lors du déplacement vers le lieu de traitement constitue le premier défi. Comme les objets archéologiques sont souvent fragiles et qu'ils sont privés du sol qui les supportait, il faut les soutenir à l'aide de pièces de bois ou de supports en plastique. Par la suite, les objets sont emballés pour éviter qu'ils ne s'assèchent lors du transport.

À leur arrivée, un restaurateur rédige d'abord un constat d'état, décrivant la structure des objets et leurs altérations. Les objets sont ensuite lavés avec de l'eau et photographiés.

Suite_travail.png 

Légende : L'objet sur les photos est une douve, soit l'un des morceaux constituant les côtés des cuves en bois de forme circulaire

Selon l'état du bois, son contenu en eau et ses dimensions, un produit appelé le polyéthylène glycol est utilisé. Appliqué à la surface du bois, il pénètre en profondeur, favorisant ainsi la transition entre un environnement complètement humide (le site archéologique) et un environnement plus sec (la réserve ou le musée).

Après plusieurs mois de diffusion de ce produit dans le bois et le cuir, le contenu en eau des objets doit être diminué. Le lyophilisateur, un appareil qui permet l'extraction de l'eau, est parfois utilisé à ce moment. Toutefois, dans le cas des objets du site Turcot, plusieurs d'entre eux, notamment les cuves et le bassin dont les planches atteignent jusqu'à 2,20 mètres de longueur, excédaient la capacité de l'appareil. La lyophilisation climatique a donc été utilisée. Cette méthode consiste à utiliser l'hiver québécois pour le traitement des objets archéologiques.

Turcot-AB-CCQ-Fig-6.jpg 

Un abri protégeant les objets de la neige, muni de portes fabriquées d'un matériau transparent, est construit et orienté vers le sud. Le soleil réchauffe ainsi l'intérieur de l'abri, provoquant la sublimation de l'eau contenue dans les pièces de bois gelées. Pour évacuer la vapeur d'eau grâce au vent, des ouvertures sont installées à chaque extrémité de l'abri.

Des pesées régulières de certaines pièces représentatives permettent de suivre l'évolution du traitement.

Turcot-GC-CCQ-Fig-8.jpg 

Finalement, les équipes procèdent à la sélection des objets pour leur mise en valeur, à la consolidation des objets fragiles, à la production de supports adaptés pour leur mise en réserve et à la préparation des vitrines.

Souliers_avant_après.jpg 

Légende : Soulier d'enfant découvert sur le site avant et après la restauration.

 Pour en apprendre plus sur la conservation archéologique, consultez le dossier thématique du Réseau Archéo-Québec.

Retour vers le haut


 

Retour sur le démantèlement du pont Saint-Jacques

En juillet dernier, le pont d'étagement de la rue Saint-Jacques a été démantelé pour laisser place à la construction de la nouvelle structure. Aperçu des travaux effectués et à venir.

Comme indiqué dans le bulletin du mois de juin 2016, des interventions majeures étaient prévues pendant l'été afin de procéder au démantèlement du pont d'étagement de la rue Saint-Jacques au-dessus de l'autoroute 15. Pendant trois fins de semaine complètes, soit celles du 8, 15 et 22 juillet derniers, six bretelles de l'échangeur Turcot ont dû être fermées à la circulation afin de procéder aux travaux. De telles fermetures sont peu fréquentes sur le réseau. La dernière fermeture complète de l'autoroute 15 remontait à environ 10 ans.

pontSaint-Jacques_IMG_6845.jpg 

Afin de réaliser avec succès ces travaux, une équipe de 45 personnes a travaillé 24 h sur 24 pendant trois fins de semaine. Sept pelles hydrauliques, deux nacelles aériennes, deux chargeurs sur roues et deux canons à eau ont été utilisés pour déconstruire trois des quatre sections du pont. Au terme de ces trois fins de semaine, c'est environ 30 600 tonnes métriques de matériaux qui ont été démantelés.

La dernière section du pont d'étagement, située du côté est, sera démantelée à l'automne 2016. Ces travaux nécessiteront la fermeture complète de différentes bretelles de l'autoroute 15 durant deux fins de semaine.

Reconstruction du pont

Les travaux de reconstruction du pont ont commencé ce mois-ci avec l'installation de murs de soutènement et la réalisation d'excavation. Les équipes procéderont ensuite à la construction des fondations de la pile centrale. Ces travaux se poursuivront jusqu'à l'automne 2016.

Il est à noter que des fermetures partielles de jour et des fermetures complètes de nuit seront requises dans certaines bretelles de l'échangeur pour la réalisation des travaux.

Pont Saint-Jacques_Vue_projetée.jpg 

Retour vers le haut


 

Changement de phase sur la rue Notre-Dame Ouest dans le secteur de l'échangeur Turcot

Depuis le 25 juillet dernier, la rue Notre-Dame Ouest est partiellement rouverte en direction ouest.

Carte Gadbois Fermeture Notre-Dame Ouest Couleur FR.jpgLe Ministère avait annoncé en mai dernier la fermeture complète de la rue Notre-Dame Ouest du 25 mai 2016 jusqu'en juillet 2016. Cette entrave était nécessaire afin de poursuivre notamment la construction de la nouvelle bretelle de l'autoroute 15 en direction nord vers l'autoroute 720 en direction est et la reconstruction d'une partie de la rue Notre-Dame Ouest.

Depuis le 25 juillet dernier, la rue Notre-Dame Ouest est partiellement rouverte en direction ouest. La fermeture complète en direction est demeure effective jusqu'en septembre 2016 afin de mener à terme les travaux.

À noter que du 26 au 30 août 2016, la rue Notre-Dame Ouest sera fermée à la circulation dans les deux directions entre le boulevard Monk et le chemin Côte-St-Paul. Cette entrave est nécessaire afin de procéder à l'installation d'un passage à niveau.

Retour vers le haut


Les innovations de KPH Turcot se démarquent

Une initiative de KPH Turcot a été soulignée dans le cadre des Grands Prix santé et sécurité du travail de la CNESST.

À la fin du mois de juin 2016, KPH Turcot et les membres de la Voix des travailleurs en santé et sécurité (VTSS) ont eu l'honneur de recevoir M. Denis Beaulieu, directeur régional de la Commission des normes, de l'équité et de la santé et sécurité au travail (CNESST), venu leur remettre une plaque afin de souligner une candidature aux Grands Prix santé et sécurité du travail de la CNESST. Les Grands Prix permettent avant tout de mettre en lumière les visages de la prévention au Québec. Orchestré par la CNESST, le concours fait l'éloge des gens qui ont à cœur la santé et la sécurité.

Le projet, présenté dans la catégorie Innovation, est la procédure des drapeaux Adolpho. Cette catégorie vise à reconnaître les idées concrétisées des travailleurs, des employeurs et de leurs partenaires en matière de prévention.

SectionKPHT_IMG_3070.jpg 

Les drapeaux Adolpho permettent de délimiter physiquement les aires de chargement ou de déchargement de matériel en chantier par l'ajout de repères visuels (drapeaux) accrochés aux remorques. Cela permet de prévenir les risques d'écrasement des travailleurs à proximité.

La procédure encourage une approche préventive plutôt que réactive devant les dangers liés à la manipulation de matériel sur remorque. Pour plus de détails, consultez le site Web des Grands Prix de la CNESST.

Retour vers le haut


Survol de projet Turcot en images

Visitez le projet Turcot du haut des airs en visionnant la dernière vidéo et les photos aériennes.

Le chantier du projet Turcot s'étend sur un grand périmètre. Afin de constater l'avancement des travaux et l'ampleur du projet, visionnez dans la galerie multimédia du site Web Turcot une vidéo donnant un aperçu impressionnant du projet Turcot vue des airs.

Il est aussi possible de consulter la galerie multimédia afin d'y trouver les dernières photographies aériennes ainsi qu'un album photo sur les opérations de démantèlement du pont Saint-Jacques.

Retour vers le haut


Comités de bon voisinage

Les prochains comités de bon voisinage auront lieu les 12 (NDG-Westmount) et 27 (Sud-Ouest) septembre 2016.

Deux comités de bon voisinage ont été mis en place afin de faciliter les échanges entre les riverains des secteurs touchés et le Ministère. Ces derniers visent à maintenir un dialogue tout au long des travaux, aussi bien avec les résidents que les entreprises et les institutions touchés par le projet. Ces rencontres permettent de faire le point sur les travaux, d'aborder les préoccupations de chacun et de travailler à mettre en place des solutions communes. Les rencontres du comité de bon voisinage sont publiques et toute personne intéressée peut y assister.

Comité NDG-Westmount

  • La prochaine rencontre aura lieu le 12 septembre 2016, de 19 h à 20 h 30, au centre communautaire Saint-Raymond (5600, chemin Upper-Lachine).

Comité du Sud-Ouest

  • La prochaine rencontre aura lieu le 27 septembre 2016, de 19 h à 20 h 30, au Centre récréatif, culturel et sportif Saint-Zotique (75, rue du Square-Sir-George-Étienne-Cartier).

Consultez la section des comités de bon voisinage afin de voir les présentations faites lors des dernières rencontres.

Retour vers le haut


Entre deux diffusions du bulletin Turcot ou encore pour plus d'information sur les travaux en cours, nous vous invitons à consulter la section Travaux du site Web. Outre les entraves et les mesures d'atténuation, vous y trouverez les chemins de détour et des photographies des travaux.

Pour tout commentaire, question ou plainte, communiquez avec nous au 514 873-1372 ou par courriel, à l'adresse suivante : turcot.commentaires@transports.gouv.qc.ca.