avril 2019


La construction de la route 136 reprend

Au cours des dernières semaines, les travaux de construction de la nouvelle route 136 (autoroute 720) en direction ouest se sont intensifiés. L'objectif : ouvrir à la circulation les nouvelles infrastructures à la fin 2019. Survol des opérations en cours et à venir.

190411_R-136 ouest_0004eb.jpg 

Construction du mur de soutènement de la nouvelle route 136 (autoroute 720). Photo : Édith Martin

L'étape en cours consiste à finaliser le mur de soutènement de la nouvelle route. Pour ce faire, les travailleurs procèdent le jour à l'installation des panneaux du mur. Ces panneaux sont emboîtés les uns dans les autres, et de grandes tiges de métal viennent les ancrer. La nuit, ils effectuent la mise en place du remblai à l'arrière des panneaux. Le remblai, constitué de terre, est solidifié à l'aide de rouleaux compresseurs. Au final, le mur de soutènement atteindra une hauteur variant de 10 à 15 mètres.

Au cours de l'été, une fois le mur en place, la construction de la chaussée de béton débutera. Sa fondation sera composée d'un mélange de petites pierres et de matériaux recyclés provenant du démantèlement des anciennes infrastructures. D'ici l'ouverture de la route 136 ouest prévue à la fin de 2019, différentes interventions seront faites, notamment l'éclairage, la construction des glissières de sécurité et le marquage.

Retour vers le haut


Route 136… pourquoi ?

Certains d'entre vous ont certainement remarqué l'utilisation de « route 136 » dans les communications du Ministère afin de désigner cet axe routier connu jusqu'à récemment sous le nom d'autoroute 720. Apprenez-en davantage sur ce changement de dénomination à venir.

C'est lors de l'élaboration du projet Turcot qu'il a été décidé de transformer l'autoroute 720 en route 136. Ce changement de statut d'autoroute à route nationale a permis de réduire le nombre d'acquisitions en ayant une largeur de voie de 3,5 m dans le secteur.

La dénomination « route 136 » comprendra aussi des tronçons de la rue Notre-Dame Ouest, de la rue Dickson et de l'avenue Souligny.

190411_R-136_0006eb.jpg 

Vue sur la route 136 (autoroute 720) en direction du centre-ville de Montréal. Photo : Édith Martin

Mais pourquoi le numéro 136?

Les routes sont numérotées selon des règles précises : direction, statut, etc. Le premier chiffre, la centaine, indique la classe de la route. Les routes nationales commencent par 1 et les routes régionales, par 2 ou 3. Les deux chiffres suivants sont liés à la direction. Les routes nord-sud sont impaires, tandis que les routes est-ouest sont paires.

Puisque l'axe de l'autoroute 720 et de la rue Notre-Dame dessert le port de Montréal, une installation internationale, le statut de route nationale était de mise. Cet axe se trouvant entre la route 138 (rue Sherbrooke) et la route 132 (au sud du fleuve Saint-Laurent), le numéro devait donc être 134 ou 136. La route134 existant déjà à Montréal, la route 136 s'est donc imposée.

Il est possible d'avoir plus d'une route portant le même numéro dans la province. Ce sera le cas de la route 136, déjà présente au Québec.

Retour vers le haut


Coordination journalière avec les services d'urgence

Pompiers, policiers, ambulanciers, les services d'urgence jouent un rôle primordial dans la société. Lorsqu'un des services est appelé, tout est une question de rapidité pour se rendre sur les lieux. Avec un projet en constante évolution comme Turcot, la coordination avec les services d'urgence est primordiale.

180710_A-15_0015eb.jpg 

Les services d'urgence au cœur des préoccupations du projet Turcot. Photo : Édith Martin

Lors de la planification des travaux et de la fermeture de voies, deux éléments doivent être systématiquement pris en compte par les équipes : les accès et la possibilité de déployer de l'équipement lourd. Lorsqu'on parle d'accès, le principe est simple : chaque bâtiment doit rester accessible en tout temps aux services d'urgence malgré la fermeture, l'aménagement du chantier ou encore la mise en place de murs antibruit temporaires. Les services d'urgence pourraient, par exemple, exiger que des ouvertures ou des portes soient faites dans un mur antibruit. Les accès au chantier Turcot sont aussi d'une grande importance. Leur emplacement est connu des services d'urgence afin qu'ils puissent y accéder rapidement dans le cas d'un incident.

L'aménagement du chantier et la fermeture doivent être planifiés afin que le plus gros véhicule du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) puisse intervenir, peu importe le trajet. « Si ce type de camion peut circuler, tous les autres véhicules d'urgence le pourront », tient à souligner Éric Dagenais, responsable adjoint du maintien de la mobilité à la Direction du grand projet Turcot.

Qu'en est-il de la communication? « Nous avons une communication constante avec les différents services d'urgence », mentionne Stéphane Barbeau-Blanchette, ingénieur et responsable du maintien de la mobilité à la Direction du grand projet Turcot. Tous les services d'urgence du secteur du projet Turcot sont invités à participer à des rencontres hebdomadaires ou mensuelles pour être informés des entraves et de l'avancement des travaux. Ces rencontres permettent aussi d'ajuster les scénarios au besoin. « S'il le faut, nous tenons aussi des réunions ad hoc lors de grands changements de phase ou dans le cas d'une fermeture exceptionnelle, comme le 5 avril », ajoute M. Barbeau-Blanchette.

Retour vers le haut


Découverte d'obus militaires

Le 14 mars dernier, deux objets ressemblant à des obus militaires ont été déterrés à l'angle des rues Angers et Roberval. Une découverte stupéfiante!

ogives militaires_eb.jpg 

Deux obus militaires découverts dans le cadre du projet Turcot. Photo : KPH Turcot

La découverte a été faite en après-midi, alors que des travailleurs procédaient au démantèlement de l'autoroute 15 dans le secteur. Les deux obus, qui étaient enfouis dans une conduite bétonnée, avaient une longueur d'environ 105 mm. Par précaution, l'équipe de santé et sécurité du travail de KPH Turcot a communiqué avec les services d'urgence et a fait évacuer la zone de travail.

En fin de journée, des artificiers des Forces armées canadiennes de la base de Valcartier ont récupéré les obus afin de les analyser et de les détruire. Les amorces et les fusées n'étaient pas présentes. Les obus étaient sans danger pour les travailleurs et la population environnante.

Mais comment expliquer la présence d'obus à cet endroit? Une usine établie à proximité du lieu de la découverte constitue à l'heure actuelle une hypothèse plausible. Il s'agit de la Canadian Power Boat Company, érigée en 1940. L'usine était installée dans le même secteur de la découverte et produisait du matériel destiné aux troupes alliées lors de la Seconde Guerre mondiale.

Retour vers le haut


24 heures avec le directeur

À quoi ressemble une journée de travail du directeur du projet Turcot? Voici la journée du 16 avril de Stéphane Audet, directeur depuis 2018 du plus grand projet routier du gouvernement du Québec.

IMG_0370eb.jpg 

Stéphane Audet en compagnie de Fanny Bissonnette, conseillère en communication, au Centre récréatif culturel et sportif Saint-Zotique, juste avant la rencontre du comité de bon voisinage du Sud-Ouest le 16 avril.

Être directeur d'un projet majeur comme Turcot n'est pas de tout repos. L'objectif du directeur est de livrer de nouvelles infrastructures de qualité dans les temps et le budget prévu, tout en s'assurant du respect des exigences du contrat et en limitant les impacts sur les citoyens. Pour y arriver, il est entouré d'une quarantaine d'employés qu'il doit diriger et épauler dans leur travail. Relations avec les nombreux partenaires, suivi du contrat avec le fournisseur, prises de décision pour le bon déroulement du projet, reddition de compte auprès des autorités du Ministère… les responsabilités sont nombreuses.

7 h

Stéphane arrive aux bureaux du projet Turcot, situés au centre-ville de Montréal. Ses premières heures sont consacrées essentiellement à la signature de lettres ou de la facturation. On peut facilement imaginer qu'un projet de 3 673 millions de dollars requiert beaucoup de suivis administratifs et financiers. Stéphane doit en effet analyser et autoriser tous les documents qui engagent le Ministère pour les paiements ou qui concernent des modifications contractuelles.

10 h

Première rencontre de la journée. Stéphane accueille des représentants de la Ville de Montréal pour une réunion qui durera jusqu'à midi. Le directeur du projet coordonne un comité visant à planifier et à organiser différents aspects liés au projet.

13 h

Retour après le dîner pour d'autres suivis administratifs et financiers portant sur de multiples éléments du chantier. En plus d'autoriser les sommes à débourser, Stéphane doit également produire différentes notes afin d'informer les autorités ministérielles qui veillent à la bonne gouvernance et à l'avancement des travaux.

15 h

Le directeur discute avec les représentants de KPH Turcot afin d'étudier différents aspects liés à la conception technique du projet. Une autre rencontre s'enchaîne avec les équipes de la gestion financière et des projets. « Je suis souvent en rencontre, c'est vrai! Turcot requiert de l'expertise dans plusieurs disciplines. J'ai donc plusieurs équipes à suivre pour m'assurer que le projet chemine selon l'échéancier et qu'il sera livré comme prévu en 2020. »

19 h

Stéphane fait un détour au chantier avant d'assister à la rencontre du comité de bon voisinage dans l'arrondissement du Sud-Ouest afin de voir l'avancement sur le terrain. Il participe toujours à ces rencontres qui ont lieu toutes les six semaines. Ces comités lui permettent d'entendre les préoccupations des citoyens du secteur qui doivent composer avec les nuisances du chantier : « Il y a vraiment une volonté de diminuer le plus possible les nuisances du chantier. Nous travaillons très fort avec la Ville, KPH Turcot et les citoyens depuis le début des travaux. C'est vraiment un processus d'amélioration continue. »

21 h

La rencontre se termine après plusieurs questions des citoyens portant essentiellement sur les mesures d'atténuation lors de la fermeture d'envergure ou sur le pont Saint-Jacques. Stéphane a beaucoup de suivis à faire demain!

   Retour vers le haut


Entre deux diffusions du bulletin Turcot ou pour plus d'information sur les travaux en cours, nous vous invitons à consulter la section Travaux du site Web. Pour tout commentaire, toute question ou plainte, communiquez avec nous:

Par courriel : turcot.commentaires@transports.gouv.qc.ca 

Par téléphone : 514 873-1372