Février 2019


Faire ses classes au projet Turcot

Il n'est pas rare que les futurs ingénieurs entendent parler de Turcot dans leurs cours. Des chanceux peuvent même y réaliser leur stage. Deux universitaires nous racontent leur expérience.

 IMG_1060_Bulletin.jpgMarie-Joe Bou-Saleh et Kevin Holden devant les bureaux du projet Turcot au centre-ville de Montréal

Marie-Joe Bou-Saleh et Kevin Holden termineront bientôt leur formation en génie respectivement à l'École de technologie supérieure et à Polytechnique Montréal. Le stage en milieu de travail constitue un élément central et obligatoire de leur cheminement universitaire. Ils ont tous deux choisi de réaliser cette étape au projet Turcot. Passer de la théorie à la pratique tout en contribuant au plus important chantier routier du gouvernement du Québec… voilà une expérience enrichissante qu'ils ne sont pas près d'oublier.

Les deux étudiants occupent des fonctions bien distinctes au sein du projet, fonctions qui correspondent également à leurs intérêts d'étude. Kevin se passionne avant tout pour les structures et se plaît dans l'équipe responsable du programme d'audits, qui veille notamment à vérifier les méthodes de construction des multiples structures du projet. Bien qu'intéressé par Turcot (il y réalise actuellement son deuxième stage), c'est avant tout  son intérêt à l'égard de la fonction publique qui l'a mené au projet. « Mon intérêt premier, c'était de travailler pour le public, directement au service du citoyen. »

Marie-Joe, elle, avait déjà consacré un de ses travaux universitaires à Turcot. Y réaliser son stage était une suite logique. « Nous étions plusieurs en entrevue. Turcot, c'est très couru pour les étudiants. Je suis consciente de la chance que j'ai eue d'y faire mes trois stages. » Touche-à-tout, l'étudiante de l'École de technologie supérieure aime être sur le terrain. Travailler pour l'équipe qualité du milieu est pile dans ses cordes : surveiller les nuisances des travaux l'a amenée à sillonner l'immense chantier de long en large, et ce, à toute heure de la journée… ou de la nuit.

Que préfèrent-ils de leur expérience? Les deux répondent la même chose en même temps : « L'ambiance de travail au bureau. » En effet, ils sentent qu'ils ont un rôle important et que leur travail est bien encadré. Kevin apprécie particulièrement le partage des connaissances au sein de son équipe : « On ne m'a pas relégué des tâches de second plan. Je sens que ma contribution au projet est reconnue. » Marie-Joe a quant à elle déjà proposé quelques améliorations par rapport aux techniques et outils utilisés par son équipe. « Il y a une ouverture. C'est stimulant de travailler avec des collègues qui cherchent constamment à s'améliorer. »

On déduit que la présence de stagiaires au projet Turcot, c'est une situation gagnant-gagnant. On forme la relève, et le projet bénéficie du regard neuf des étudiants en génie. Et faire ses classes à Turcot facilite la rédaction du rapport de stage? Kevin fait la moue : « Pas vraiment, ça demeure toujours aussi long à faire ! »

Vous êtes étudiants en génie? Surveillez les stages offerts dans le portail de votre université. Des stages en génie civil et de la construction sont offerts chaque année au projet Turcot et au Ministère.

Retour vers le haut


Ayons la mobilité à cœur

Ce n'est un secret pour personne : de nombreux chantiers majeurs sont en cours à l'échelle métropolitaine. Le projet Turcot figure parmi les plus grands chantiers, et ce, jusqu'en 2020. Que ce soit pour se rendre au boulot ou lors de nos sorties hebdomadaires, nous nous retrouvons tous confrontés, de près ou de loin, à la congestion routière.

 

Voir ensemble au problème de congestion

Mobilité Montréal, qui regroupe plus d'une vingtaine de partenaires, s'est donné comme mission de trouver des solutions concrètes pour réduire la congestion routière dans la grande région métropolitaine de Montréal. D'ailleurs, plusieurs mesures favorisant le transport collectif ont été mises en place depuis 2011 dans le cadre du projet Turcot et de Mobilité Montréal dans l'objectif de réduire les répercussions des travaux sur la circulation.

Que ce soit par la mise en place et la promotion de mesures d'atténuation favorisant le transport collectif, par la sensibilisation des usagers à l'utilisation des outils mis à leur disposition pour planifier leurs déplacements ou par la coordination des chantiers routiers entre partenaires afin de limiter l'incidence des travaux sur la mobilité des personnes et des marchandises, Mobilité Montréal a, avant tout, la mobilité à cœur.

 

Soyons plus futés que le trafic

Dans la nouvelle campagne de communication de Mobilité Montréal, Yves, Stéphanie et Catherine, de vrais usagers et ambassadeurs du transport collectif, vous font part de la façon qu'ils planifient leurs déplacements en fonction de leurs besoins et de leur quotidien. Ils sont plus futés que le trafic, et leur façon de se déplacer fait la différence. Oui, chaque petit geste peut contribuer à réduire la pression sur le réseau routier.

 super-panneaux_campagneHiver2019_MM_Bulletin.pngDe gauche à droite, Stéphanie, Yves et Catherine, les trois ambassadeurs de la nouvelle campagne de Mobilité Montréal. Ce visuel sera utilisé sur les panneaux à affichage numérique aux abords des autoroutes ainsi que sur les autobus.  

Les portraits de ces trois fiers utilisateurs du transport en commun sont diffusés à la radio, sur quelques panneaux à affichage numérique de secteurs névralgiques de la région, sur le site Web et la page Facebook de Mobilité Montréal. N'hésitez pas à la partager afin d'en faire la plus grande communauté à avoir la mobilité à cœur.

 

Mobilité Montréal, plus essentiel que jamais

Le secteur centre, qui comprend les chantiers Turcot et Champlain, fait l'objet d'une microcoordination par les partenaires de Mobilité Montréal. De janvier à octobre 2018, il y a eu :

  • 70 rencontres avec des partenaires ou des entrepreneurs, sans compter les rencontres techniques mensuelles;
  • 625 insertions coordonnées (un partenaire qui s'insère dans les travaux d'un autre pour limiter les entraves).

 Retour vers le haut


L'ABC de la chaussée de béton

Au terme du projet Turcot, ce sont 137 km de voies rapides qui seront construites en béton. Apprenez-en davantage sur les notions de base de la construction de ce type de chaussée.

 170823_SS_0020_Bulletin.jpgBétonnage de la chaussée de l'autoroute15 nord entre les rues Angers et Saint-Rémi (23 août 2017). Photo : KPH-Turcot

La surface sur laquelle roulent les véhicules est un ensemble multicouche où chacune a sa fonction. Voici les principales composantes de la chaussée en béton.

La conception des chaussées pour le projet Turcot a été réalisée à l'aide de deux logiciels, dont un développé par le Ministère, qui permet le calcul des épaisseurs des couches de matériaux à utiliser pour assurer une protection suffisante contre les effets du gel.

 Composage pavage de béton - bulletin.pngComposantes d'une chaussée de béton. Image : KPH-Turcot

  • Infrastructure : terre compactée.
  • Fondation : mélange de petites pierres et de matériaux recyclés provenant du démantèlement des anciennes infrastructures.
  • Goujons et tirants : armature mise en place avant le bétonnage.

180905_MAB101_0017_Bulletin.jpgGoujons et tirants installés en prévision du bétonnage de l'autoroute 20 en direction ouest (5 septembre 2018). Photo : Édith Martin

  • Dalle de béton : surface sur laquelle roule les véhicules. Le béton utilisé pour les chaussées du projet Turcot est un béton dit « sec » avec des affaissements qui sont faibles.  La construction de la chaussée se faisant sans coffrage, le béton doit garder sa forme.

 170517_SO_0006_Bulletin.jpgLes épandeuses, positionnées devant la finisseuse, acheminent le béton. La finisseuse vient consolider les matériaux (17 mai 2017). Photo : KPH-Turcot

  • Texture de surface : lignes venant créer de l'adhérence. L'agent de cure, un liquide transparent formé d'un mélange de cire à base d'eau, est appliqué sur le béton. Il permet de maintenir une humidité adéquate pour développer les propriétés désirées du béton, telles que la résistance au gel-dégel et la durabilité.
  • Joints transversaux et longitudinaux : appelé plus communément joints de chaussée, ou joints de dilatation, il s'agit de l'espace entre deux dalles de béton. Combiné aux goujons, ils permettent un certain mouvement des dalles afin bien répondre aux écarts de température et répartir adéquatement les charges de la circulation.

 170517_SO_0012_Bulletin.jpgConstruction d'une chaussée de béton avec une finisseuse (17 mai 2017). Photo : KPHT

Dans le cadre du projet Turcot, les équipes ont dû construire la chaussée par section, plutôt que d'un seul coup, en raison de l'énorme casse-tête qu'est le projet Turcot. Par ailleurs, l'équipement utilisé pour la chaussée de béton a dû être adapté pour permettre la réalisation des travaux aux endroits où l'espace latéral est très restreint.

Chaque jour, ce sont plus de 300 000 véhicules qui circulent dans l'échangeur Turcot, dont pas moins de 30 000 poids lourds. La durabilité de la chaussée est donc très importante. Le principal avantage du béton est sa longévité, soit une durée de vie utile d'environ 40 ans.

Retour vers le haut


Alerte Turcot – Fermeture de l'autoroute 15 sud et de trois bretelles

Le vendredi 15 mars, des fermetures inhabituelles pour une journée de semaine seront en vigueur dans l'échangeur Turcot. Planifiez vos déplacements!

Montage-HD-Alerte-Turcot-FDS-du-15-mars-FR.jpgL'autoroute 15 en direction sud dans l'échangeur Turcot et trois bretelles seront fermées du jeudi soir, 14 mars, au lundi matin, 18 mars. Les équipes procéderont au démantèlement du tronçon de l'autoroute 15 en direction sud au-dessus du boulevard Pullman sur lequel passent actuellement différentes bretelles de l'échangeur. Il s'agit d'une impressionnante opération de démantèlement.

190211_SC_aerien_00442_bulletin.jpg 

Ces fermetures permettront de réaliser l'équivalent de deux fins de semaine de travail en une seule, le temps nécessaire pour effectuer la mobilisation et la démobilisation de l'équipement et la mise en place des mesures de protection pour de telles opérations étant important.

Pour plus d'information, consultez la nouvelle sur le sujet.

 Retour vers le haut


Prochains comités de bon voisinage

Les rencontres des comités de bon voisinage ont lieu environ tous les deux mois. Bon nombre de citoyens y participent afin d'être au fait de l'avancement des travaux, de poser des questions et de faire part de leurs préoccupations. L'objectif? Maintenir un dialogue tout au long des travaux du projet Turcot et travailler à la mise en œuvre de solutions communes. Bienvenue à tous!

Prochaine rencontre du comité du Sud-Ouest

  • Le 16 avril 2019, de 19 h à 21 h, au Centre récréatif, culturel et sportif Saint-Zotique
    (75, rue du Square-Sir-George-Étienne-Cartier).

Prochaine rencontre du comité NDG–Westmount–Montréal-Ouest

  • Le 24 avril 2019, de 19 h à 21 h, au Victoria Hall (4626, rue Sherbrooke Ouest, Westmount)

Voir les dernières présentations dans la section Comités de bon voisinage du site Web.

Retour vers le haut


Entre deux diffusions du bulletin Turcot ou pour plus d'information sur les travaux en cours, nous vous invitons à consulter la section Travaux du site Web. Pour tout commentaire, toute question ou plainte, communiquez avec nous:

Par courriel :  turcot.commentaires@transports.gouv.qc.ca

Par téléphone : 514 873-1372