juillet 2017


Les yeux et les oreilles du projet Turcot : l'équipe d'auditeurs

Bien que les outils technologiques facilitent grandement le suivi des travaux du projet Turcot, le regard de professionnels est indispensable sur le chantier. Voici un portrait de la profession d'auditeur.

Les auditeursW.jpg Roberto Lara Cardenas (ingénieur auditeur) et Antoine Farhat (ingénieur junior auditeur) sur le terrain.

Turcot étant un projet dont la conception et la construction ont été confiées à un fournisseur, le Ministère, par le biais d'une équipe de spécialistes, effectue des vérifications, soit des audits, de nombreux éléments sur le chantier afin de s'assurer de la qualité des nouvelles infrastructures. Dû à l'envergure de ce projet, le Ministère a recruté des ingénieurs pour effectuer des audits et ainsi poursuivre le développement de cette expertise particulière. C'est ainsi qu'en 2015 l'équipe d'auditeurs, composée de cinq membres et d'une coordonnatrice, Sophie-Emmanuelle Robert, a été formée. Cette équipe est aussi épaulée par différents spécialistes du Ministère (structures, environnement, etc.) selon la nature des audits réalisés.

Agissant à titre de vérificateurs, ceux-ci n'ont pas pour rôle de superviser les travaux sur le terrain, mais bien de constater ce qui s'y déroule. « Chaque audit se prépare à l'avance. Il faut faire beaucoup de recherche sur les exigences prévues dans le contrat conception-construction du projet Turcot. On doit aussi faire des listes de vérification pour examiner les exigences par rapport à la qualité sur le terrain, puis on va sur le chantier avec les plans et les devis et on y annote tout ce dont on a besoin » indique Roberto Lara Cardenas, ingénieur responsable de la qualité et des activités connexes pour le Ministère.

Les éléments que doit auditer l'équipe du projet Turcot sont principalement choisis en fonction des travaux en cours et de leur potentiel de risque. Cela permet de faire de la prévention et de maintenir un travail efficace. « Vraiment tout peut être audité. Dans notre cas, comme il y a beaucoup de structures, on vérifie souvent les caissons, les colonnes, le bétonnage, le coffrage, les armatures, etc. On peut vraiment tout inclure de A à Z. Tout cela sans compter les audits sur le maintien de la mobilité, les liens routiers, la géotechnique, le drainage, l'hydraulique, l'environnement et les systèmes utilisés sur le chantier. Parfois on peut même faire des visites en usine », souligne Antoine Farhat, ingénieur junior pour le Ministère.

La mise en place de l'équipe d'auditeurs pour le Ministère permet de réduire le nombre d'intervenants dans le système de vérification, ce qui simplifie les communications et le suivi, et de réduire également la possibilité d'ambiguïtés sur le chantier.

Pour les deux ingénieurs, le fait de travailler sur le chantier Turcot constitue une expérience unique qui leur permet de toucher à de nombreux aspects du domaine du génie civil. Leur apprentissage est constant et surtout très rapide en raison des nombreux défis que ce projet en milieu urbain comporte. « Quand je sors sur le terrain et que je vois tous les travaux et l'ampleur du chantier, je me souviens pourquoi j'aime mon travail… C'est vraiment une vision qui est plus grande que nature et un projet qui aura un résultat incroyable! », nous dit Roberto Lara Cardenas.

Retour vers le haut


Réhabilitation des sols du projet Turcot

C'est connu, les sols de la cour Turcot ont été contaminés par différentes sources au fil du temps, selon l'utilisation du territoire. Une équipe sur le terrain travaille à identifier et à traiter ces contaminants.

Installée sur le lit de l'ancien Lac-à-la-Loutre et de l'ancienne rivière Saint-Pierre, asséchés lors de la construction du canal de Lachine, la cour Turcot a été un lieu important d'activités ferroviaires du milieu du 19e siècle jusqu'à la fin des années 90.

Dans le cadre du projet Turcot, une cartographie complète a été faite pour établir les types de contamination. À certains endroits, jusqu'à 15 couches de contaminants différents ont été identifiées. Parmi ceux-ci, des métaux lourds et des hydrocarbures ont été trouvés. Les équipes de KPH Turcot sur le terrain utilisent un système de couleurs permettant d'identifier chaque contaminant. Les opérateurs de machinerie peuvent ainsi faire un tri directement sur place à l'aide d'une tablette intelligente.

Photo KPH.jpg Les techniciens en environnement de KPH Turcot peuvent accéder à la base de données issue de la cartographie de la contamination directement sur le chantier grâce aux tablettes intelligentes.

Réhabilitation des solsW.jpg 

Empilements de terre dans la cour Turcot 

Conformément au plan de réhabilitation établi avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, les sols compressibles sont d'abord excavés. Ceux qui peuvent être réutilisés sont ensuite mis en piles et confinés sur le site. La quasi-totalité (90 %) de cette terre restera sur le chantier afin d'être utilisée, entre autres, pour la construction des remblais. Ce système, qui permet de garder les contaminants en place tout en les isolant de façon sécuritaire de la population, diminue l'empreinte écologique du projet en réduisant l'impact sur les sites d'élimination de sols contaminés du Québec et le transport de matériaux. Seuls les hydrocarbures et les sols hautement contaminés sont retirés.

Au terme du projet, ce sont 5 millions de tonnes de terre qui seront réhabilitées et conservées sur le chantier.

Retour vers le haut


Une première voie ferrée du CN ouverte

Reconstruire le nouvel échangeur Turcot implique non seulement de nombreux changements relatifs aux infrastructures routières, mais aussi des modifications au réseau ferroviaire du CN dans le secteur.

Ouverture voie 29 CN_W.jpg Installation des voies ferrées dans le nouveau corridor

C'est en mars 2015 que le processus de déplacement des voies ferrées a débuté. À ce moment, KPH Turcot procédait au préchargement du futur corridor ferroviaire pour compresser les sols. Des travaux d'excavation, de remblai et de drainage ont aussi été réalisés afin que le CN puisse construire les nouvelles voies ferrées au nord des voies actuelles. Au total, ce sont quatre voies qui seront déplacées.

Le 18 juillet dernier, le déplacement des 4,4 km de la nouvelle voie 29 a été achevé et la voie a été ouverte à la circulation. Utilisée par le CN généralement pour y faire de l'entreposage, elle est la première à partir de la falaise Saint-Jacques et parcourt toute la cour Turcot. L'ancienne voie n'étant plus utilisée, le démantèlement a été entrepris par le CN afin de libérer l'espace pour la suite des travaux.

Le déplacement des autres voies et de l'équipement de signalisation va bon train. À la fin de juin 2017, approximativement 7,1 km de voies ont été construits sur les 16,8 km nécessaires à la mise en service des infrastructures prévue en 2018.

Enfin, le CN tient également à rappeler à la population qu'il est important de traverser les voies ferrées uniquement aux endroits désignés. Il est illégal et dangereux de prendre un raccourci par les voies ferrées ou de s'introduire sur une propriété ferroviaire. Pour toute question ou commentaire, veuillez contacter la ligne des renseignements généraux du CN au 1-888-888-5909.

Retour vers le haut


Comités de bon voisinage

Les comités de bon voisinage tiendront leurs prochaines rencontres les 8 août 2017 (NDG-Westmount) et 23 août 2017 (Sud-Ouest).

Deux comités de bon voisinage sont en place afin de faciliter les échanges entre les riverains du projet et le Ministère. Ces derniers visent à maintenir un dialogue tout au long des travaux, aussi bien avec les résidents que les entreprises et les institutions du secteur. Les rencontres des comités de bon voisinage permettent de faire le point sur les travaux, d'aborder les préoccupations de chacun et de travailler à mettre en place des solutions communes. Ces rencontres sont publiques, et toute personne intéressée peut y assister.

À noter que, lors des prochaines rencontres, la question des entraves préparatoires au grand changement de phase prévu à l'automne 2017 sera abordée.

Rencontre du Comité NDG-Westmount

Le 8 août  2017, de 19 h à 20 h 30, au Centre communautaire Saint-Raymond (5600, chemin Upper-Lachine, Montréal).

Rencontre du Comité du Sud-Ouest

Le 23 août 2017, de 19 h à 20 h 30, au Centre récréatif, culturel et sportif Saint-Zotique (75, rue du Square-Sir-George-Étienne-Cartier).

Consultez la section des comités de bon voisinage du site Web afin de voir les dernières présentations.

Retour vers le haut


Entre deux diffusions du bulletin Turcot ou pour plus d'information sur les travaux en cours, nous vous invitons à consulter la section « Travaux » du site Web.

Pour tout commentaire, toute question ou plainte, communiquez avec nous par courriel à l'adresse turcot.commentaires@transports.gouv.qc.ca ou au 514 873-1372.